Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Saints et les Fous

TITS : le groupe qui va sauver le monde en le détruisant

3 Mars 2014 , Rédigé par Pierre Jouan Publié dans #Musique

Un logo reposant pour un intitulé grâcieux

Un logo reposant pour un intitulé grâcieux

Viens sur mes genoux ma petite, je vais te raconter l'année 2014.

 

C'était une période de grandes ténèbres. Le Mauvais Démiurge gouvernait encore l'univers, à sa manière folle et cruelle. C'était un dieu aveugle et stupide, et sa création était une prison, un cloaque hideux baigné d'une musique atroce. Les plaies s'abattaient sur la jeunesse comme sur l’Égypte, les hommes naissaient mauvais et les femmes connaissaient la ménopause à l'adolescence. Yaldabaoth avait des avatars partout, qui maîtrisaient la seule langue humaine universelle, celle de l'argent : il apparaissait sous les traits de Pascal Nègre ou de Philippe Manœuvre, et sa plus grande ruse consistait à faire croire que le rock'n'roll était un divertissement inoffensif, une bagatelle à la portée de tous, même de Shaka Ponk. A peine un ange rebelle comme J.C. Satan osait-il le défier, il le bannissait en l'expédiant dans l'enfer des pages magazine de Technikart, qui neutralisent tout pouvoir.

 

TITS : le groupe qui va sauver le monde en le détruisant

De fervents Catholic Spray et quelques adeptes de la Secte du Futur continuaient de lutter, mais comme tu le sais, la Révolution se nourrit du sang des martyrs, et elle a toujours besoin de chair fraîche. Le Dieu fou n'aime rien tant que l'immobilisme, quand il peut mettre un nom sur ce qu'il ne comprend pas, et en présenter aux masses une version allégée, démagnétisée. Nous en étions là, à la recherche de nouveaux stratagèmes pour piquer les flancs de l'ennemi et faire s'écrouler le monde du mensonge, quand nous avons découvert les T.E.T.O.N.S.

Les T.E.T.O.N.S étaient des artefacts de taille variable, de forme légèrement ovoïde et de consistance à la fois molle et ferme.

Quand on frottait l'aréole centrale, une protubérance s'élevait doucement et présentait une constellations de microscopiques boutons, tableau de bord d''un engin filant tout droit vers le paradis.

Quand on tendait l'oreille, on entendait rugir le moteur, dont les saccades semblaient constamment s'accélérer au milieu d'un déluge sonorités électriques, tandis qu'une voix réverbérée par l'éther infini hurlait la douleur du Cyclope, des filles génocidées, des collapsus terminaux dans des orgies de bétacocaïne. C'était le rock'n'roll le plus sauvage qui fut, un assommoir de bruit et de vélocité pour étourdir la perception ordinaire et s'élever à une compréhension supérieure.

Quand on posait l'artefact et qu'on s'éloignait un peu, un projection hologrammique montrait quatre apôtres en guenilles exécutant un rituel sauvage, la transe se propageant aux fidèles assemblés, ce petit nombre d'initiés appelé à grossir pour former la communauté des Élus. Issus des confréries voisines des Enregistrements Inch Allah, de la Prière Catholique, du Sentiment d'Amour ou des Saints Pierre et Bastien, ils formaient une sorte d'aristocratie du prêche, canalisant la plus subtile énergie fluidique de l'époque par des paroles inspirées et des sermons hantés.

Quand on goûtait, enfin, à la liqueur des TE.T.O.N.S., c'était le nectar des Dieux, l'ambroisie mythique, le breuvage de vérité. A moins que ce ne fut de la bière coupée à la MDMA.

Et c'est ainsi que nous sommes devenus Immortels.

A présent embrasse ton grand-père, et va te coucher. Demain, je te raconterai comment nous avons ouvert le corps de Nicolas Sirkis pour découvrir qu'il était entièrement constitué d'excréments.

Quatre mecs assoiffés de Justice

Quatre mecs assoiffés de Justice

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article